classical melancholia of Oliver Gustav.



Protégé par le patrimoine culturel de Copenhague, l'appartement d'Oliver Gustav ne pouvait qu'être imprégné de cette douceur dramatique du 18e siècle. Certaines personnes perçoivent ses scénographies singulières, le choix de ses objets, son style, sur une note des plus funèbre, voire comme étant l'exemplification parfaite d’une douloureuse scène macabre.

En entrevue, il mentionne que la perception que les gens ont de lui serait fausse, biaisée par le truchement de leurs impressions personnelles, elle ne présagerait qu'une extension naturelle d'eux-mêmes. Intéressant.

"I express myself the same way that an artist expresses himself and his personal stories."



La chambre se dessine tel un tableau romantique où l'on pourrait y lire les lignes torturées du jeune Werther dans Les Souffrances du jeune Werther de Goethe.





Ce style me fascine. Une oeuvre classique intemporelle qui se déploie pour le plaisir de notre idéal aristocratique. Elle demeura dans l'imaginaire pictural, non existentiel.

... l'écho de cette trame sonore retentit dans le silence de ce minimalisme ascétique.



avide de nouvelles expériences... Oliver Gustav Studio

source : bobedre.no
foto : Heidi Lerkenfeldt

3 comments

  1. Mélancolique, oui ! Funèbre, je ne trouve pas ! Moi, je dirais... poétique ! Enfin, dans tous les cas... j'aime, j'aime !

    ReplyDelete
    Replies
    1. Il me fascine ce type, il y a une telle profondeur qui se dessine, à la fois mystique et intemporelle.

      merci!

      Delete
  2. Such a gorgeous interior!! Thanks for sharing x

    Millie x
    http://queenmillie.blogspot.co.uk/2018/02/interior-no22.html

    ReplyDelete