wabi-sabi. Axel Vervoordt.



Kosi Hidama for the Axel Vervoordt home collection

“My taste is dominated by a sense of proportion. I want to achieve a feeling of harmony between architecture, furnishings, works of art, and antiques.”



Axel Vervoordt, présence dominante sur la scène mondiale pendant des décennies en tant que marchand d'art, décorateur et arbitre des élégances. Il commence à travailler comme marchand d'art et d'antiquités à la fin des années 1960 et l'un de ses premiers projets a été la restauration minutieuse de 16 résidences de la Renaissance dans le Vlaeykensgang à Anvers.

À 26 ans, il acquiert sa première toile de Lucio Fontana. Mettant de côté le style qu’il a instauré dans les années 80 — baroque et austère —, il s'immerge totalement dans les concepts orientaux comme le wabi-sabi, en l’adaptant à sa vision personnelle. Par la suite, Vervoordt collabore avec l'architecte japonais Tatsuro Miki, reconnu pour sa maîtrise du wabi-sabi.



wabi-sabi. la beauté imparfaite de l’artisanat et de la nature dans les intérieurs.

Wabi Sabi est une véritable philosophie de vie, apparue au Japon à l’orée du XIIe siècle. Ses enseignements suggèrent le retour à une simplicité, une sobriété paisible pouvant influencer positivement l’existence. Wabi Sabi permet de reconnaître et de ressentir la beauté des choses imparfaites, éphémères et modestes.

curieux. le penthouse au complet sur le blog de Benerice Big!


Le Corbusier | Stool Unité d'habitation


Gerrit Rietveld | Zig Zag Chairs, The Netherlands, 1932-1934.


Svend Langkilde | Cabinets, Denmark, 1960

 “In the 21st century, recuperation is playing a major role. In this way, the old becomes current again. We appreciate old walls, furniture that has not been restored, everything that in its original state has been transformed by time, the greatest sculptor of all.

Time gives these materials a second skin. It’s a gesture of love, a product of nature as transformed by human beings and the cosmos, which, over the years, has come to accept and integrate new forms. We must accept what nature and time have wrought.”



Vervoordt a su transmettre sa passion pour cette philosophie à l’occident, ce courant né autour de l’idée du vide, du silence, de la modestie, de la mélancolie, de la dissymétrie, de la patine, d’une austérité raffinée twistée par des matériaux bruts, imparfaits, recyclés, rustiques, sauvages où philosophie, religion et décoration s’entremêlent subtilement comme bien des courants japonais.

Curieux. L'ouvrage « Esprit Wabi » d'Axel Vervoordt est une excellente introduction en la matière.

Pour une prose enivrante, qui voltige comme des pétales de cerisier sur la culture japonaise, je vous suggère fortement le livre « Eloge de l'ombre » de Junichirô Tanizaki, écrit en 1933. Un délicieux condensé de la culture japonaise, le raffinement de leur esthétique.

« Car un laque décoré à la poudre d’or n’est pas fait pour être embrassé d’un seul coup d’œil dans un endroit illuminé, mais pour être deviné dans un lieu obscur, dans une lueur diffuse qui, par instants, en révèle l’un ou l’autre détail, de telle sorte que, la majeure partie de son décor somptueux constamment caché dans l’ombre, il suscite des résonances inexprimables


foto : Nikolas Koenig

bonus.




2 comments

  1. I've always loved the Zig Zag chair! Great post x

    Millie xx
    https://queenmillie.blogspot.co.uk/2017/01/happy-2017.html

    ReplyDelete
    Replies
    1. I will ask to (my) to make one!
      I love it too

      ❥❥

      Delete