welcome to the Swedish chef Tommy Myllymäki




Le jour où je parviendrai à concevoir une chambre à coucher aussi harmonieuse et paisible, je cesse... Au risque de paraître... lisez ce qui suit.

Il ne s'agit pas seulement d'une question de style, de menus détails purement ornementaux, d'une gamme de tons strictement monochromes, voire l'art de conjuguer les arts décoratifs et le bon goût.

Il est question d'objectif, de l'œil caché derrière le viseur. Réaliser de tels clichés, recréer une ambiance aussi voilée que celle-ci, il faut certes maîtriser l'art de la photographie et ses techniques, mais encore, avoir le sens de la composition aiguisé comme celui du photographe Marcus Lawettque je crédite peu souvent.

J'admire réellement le travail des photographes d'intérieurs, ces oubliés de la déco.






Alors qui est Tommy Myllymäki ? Chef cuisinier suédois, récipiendaire du prestigieux concours mondial de gastronomie, le Bocuse d'Or. Terminant deuxième en 2011, il remporte cette année la palme d'or à 37 ans. Sur le site Recept.nu, où il anime une émission culinaire, vous y trouverez plusieurs recettes qui égayeront vos papilles !

*

Who is Tommy Myllymäki ? Swedish Chef, winner of the prestigious world gastronomy contest, Bocuse d'Or. Finishing second in 2011, he won this year the palme d'Or at age 37. On Recept.nu  where he hosts a cooking show, you will find several recipes that will brighten up your taste buds!


Styling Sofie Lawett and Caroline Richter
source Residence Magazine

2 comments

  1. "J'admire réellement le travail des photographes d'intérieurs, ces oubliés de la déco."

    Je suis comme toi. En admiration absolue devant le travail de certain(e)s photographes qui shootent les intérieurs avec tant de talent, d'humanité, tant de rigueur dans la composition, tant d'intelligence dans la mise en avant de tel ou tel détail mis en relief par tel ou tel autre détail.

    Sauf que je dirais plutôt "(…) ces oubliés de la photographie".

    J'ai une amie qui est photographe, qui a fait la prestigieuse Ecole d'Arles et qui publie actuellement un magazine reconnu dans le milieu. Et bien pas moyen de faire qu'elle s'intéresse un tant soit peu au travail de certaines photographes australiennes que j'aime tellement, comme Lauren Bamford, Tara Pearce, Brooke Holm… Pas moyen qu'elle regarde au moins un petit peu du côté des grandes stylistes photographes scandinaves. Elle considère la photographie d'intérieur comme une sous-sous-sous catégorie de la photographie. Pire. Si elle voit qu'une photographe fait des shooting produits, quand bien même elle ferait également des portraits fantastiques ou d'excellents reportages, c'est terminé, elle ne la voit plus comme une véritable photographe...

    ps: sont vraiment pas mal du tout, les tiennes de photos, sur ton Instagram.
    Allez! Come on! Viens en France bosser pour Cosy and The Gang !
    ;-)

    ReplyDelete
    Replies
    1. Mille excuses... je viens de voir ton commentaire.

      Je crois qu'elle a les oeillères fermées sur le monde actuel... fait-elle partie de ces Artistes de la vieille tradition européenne qui prône le jugement esthétique d'abord et avant tout, en d'autres termes, un art pompeux ? Je lui conseille quelques lectures L’oeuvre ouverte d'Umberto Eco ou La querelle de l'art contemporain de Marc Jimenez... la photographie ne se résume par la prise d'individu, de paysage, de reportage. L'art de faire vivre un objet inerte par le prisme d'une lentille et le rendre en soi, désirable, ne relève pas d'une simple prise de vue. Ce sont les mêmes règles de composition qu'une nature morte traditionnelle (peinte).

      Photographie de studio ? Si je me la joue puriste ; le vrai photographe joue avec la lumière naturelle en n'utilisant aucune lumière artificielle, peu importe le sujet. Ridicule... et les autres, des artistes-photographes ?

      NB. Ma démarche artistique portait sur cette dichotomie entre le monde de l'art et l'Art... ses installations puisaient leur force dans le foisonnement terminologique ; entre le caractère idéal ou fantasmagorique du lieu ou de l'espace qui l'accueille ou l'emprisonne... bla-bla-bla

      je suis un tantinet sensible à ce genre de commentaires. Aime-t-elle David Lynch ? Surement pas. Mais bon, il finance ses films en photographiant des objets pour la pub. Dommage...

      si tu savais comme j'ai toujours rêvé d'habiter la France... oulala

      Delete