my unfinished attic no.1




« Il n'est pas possible de vivre de façon bonne et juste, sans vivre avec plaisir. » Épicure

En philosophie, l'ataraxie se définit par l'absence d’ennui, la tranquillité d'esprit acquise par la modération des plaisirs et des désirs, soit par l'appréciation des choses à leur juste valeur, soit par l'absence de jugement. Apprendre à désirer les choses simples, sans se soucier du jugement de l'Autre — tourments incompatibles avec la quiétude — apprivoiser la parfaite imperfection.

Quel est le lien entre cette maxime d'Épicure et mon blogue de décoration ? L'impatience vécue dans l'attente d'un objectif. Désirer plus. Voilà, où j'en étais avant cette semaine de vacances. J'avais deux objectifs : terminer mon grenier et désencombrer mes placards des boîtes d'objets remisés depuis plus d'un an.

Quelques images d'avant après les travaux...



Finalement, j'ai opté pour mon plaisir. J'ai rafraîchi ma chambre au grenier : démolition du mur adjacent à la fenêtre, couverture des murs en blanc, recollage du papier peint, recouvrement des fissures à l'aide de joint de latex, restauration d'une vieille chaise, ajout de quelques accessoires et magasinage en ligne.






Je l'ai nommé : ma parfaite imperfection. Le plafond et les poutres sont et demeurons dans ce piètre état. Faute d'avoir laissé mes outils chez moi, j'ai démoli le mur avec une hache ! Je suis tout de même satisfaite du résultat. Car j'ai réussi à l'aménager avec un Tousqui (objets épars du grenier).

Éléments temporaires

— lit - matelas de bateau
— miroir carré - bureau de travail
— cavité au sol - béton
— brèche au plafond
— portant noir

à suivre ...

9 comments

  1. Bianca, Je connaissais le Touski vide-frigo des québécois, mais pas le Tousqui vide-grenier... De quelle région êtes-vous ?

    ReplyDelete
  2. Parfaite imperfection... philosophiquement certes, mais praticopratiquement, je dirais que ce grenier est bien bien réussi !

    ReplyDelete

  3. Je suis québécoise et j'aime concocter des Tousquis ;)

    Pour parvenir à mes fins au cours des travaux, je détournais la fonction de tous les objets dont je disposais. Et cette idée de Tousqui - vide-grenier - m'est venue à l'esprit.

    C'est bien la première fois que je démolissais un mur avec des pinces et une hache! Les murs sont peints avec des restants de peintures et des nouveaux. Je n'avais pas mon plâtre, donc j'ai utilisé de la mousse polyuréthane pour les crevasses du plafond et le latex m'a été fourni par l'employé de maintien de la maison...

    Par la suite, tous les objets obsolètes de la maison susceptibles de me plaire, je les prenais. Un cache-pot comme panier à linge, une valise pour commode ; de simples touches de peinture en aérosol suffisaient comme amélioration.

    Une belle aventure ...

    ReplyDelete
  4. Au fait, Martine, vous pouvez me tutoyer. Je ne suis pas un nous informel ;)

    Je suis curieuse de voir votre site au mois d'octobre!

    ReplyDelete
  5. Québécoise, tabernak, voilà qui explique ce fabuleux nom de site qui sonne comme un opéra-rock du design... ;) Mais tu vis où, en France ou du côté de ce Montréal Mont-Royal que j'adore tant ?

    Le site lui va regarder encore ailleurs, du coté de l'Australie, de la Nouvelle-Zélande... — Et je serai trop heureuse que tu suives nos débuts à l'automne.

    ReplyDelete
  6. Je suis très impressionnée, non seulement tu arrives à l'ambiance sobre et épurée que tu affectionnes dans ton blog... mais en plus, tu l'as improvisé avec ce que tu as sous la main !!! Un résultat bluffant !!
    Et avec ça, j'apprends des choses... je ne connaissais pas le "Tousqui" ou "Touski".
    J'ai hâte de découvrir la suite.

    ReplyDelete
  7. Merci Énormément Stella!

    Je reçois quelques accessoires et mon lit la semaine prochaine, des heures de plaisirs!

    et ... la prochaine fois que je concocte un Tousqui, je te promets un article complet sur les Tousquis végétariens!

    ReplyDelete
  8. MARTINE - Malheureusement nous ne demeurons plus à Montréal, j'habitais le Mile-End non loin du Plateau. Et, je rêve soit d'y retourner, soit d'habiter la France. Qui sait ? Opéra rock du design, j'adore!

    Et toi, tu connais Montréal ? une française qui sacre ou caricature du québécois lambda ;)

    ReplyDelete
  9. Bianca, Oui je connais, j'ai habité tout un été rue Brébeuf chez des amis... La première fois que le chauffeur de bus m'a dit qu'il allait à la montagne, je me suis exclamée : — Quelle montagne ? Imagine le truc, je suis originaire de Grenoble, dans les Alpes... Mon amie a ri, mais ri... Je suis une grande fan de la prolifique génération de cinéastes, d'auteurs, d'acteurs, que vous avez ; j'aime leur humour, leur cran, le côté décomplexé... Ecoute c'est bien simple, si tu viens en France, je te confie tous les greniers que tu veux parce qu'évidemment opéra rock du design dans ma bouche c'était bien le sacre total ! ;)

    ReplyDelete