classical melancholia of Oliver Gustav.



Protégé par le patrimoine culturel de Copenhague, l'appartement d'Oliver Gustav ne pouvait qu'être imprégné de cette douceur dramatique du 18e siècle. Certaines personnes perçoivent ses scénographies singulières, le choix de ses objets, son style, sur une note des plus funèbre, voire comme étant l'exemplification parfaite d’une douloureuse scène macabre.

En entrevue, il mentionne que la perception que les gens ont de lui serait fausse, biaisée par le truchement de leurs impressions personnelles, elle ne présagerait qu'une extension naturelle d'eux-mêmes. Intéressant.

"I express myself the same way that an artist expresses himself and his personal stories."



La chambre se dessine tel un tableau romantique où l'on pourrait y lire les lignes torturées du jeune Werther dans Les Souffrances du jeune Werther de Goethe.





Ce style me fascine. Une oeuvre classique intemporelle qui se déploie pour le plaisir de notre idéal aristocratique. Elle demeura dans l'imaginaire pictural, non existentiel.

... l'écho de cette trame sonore retentit dans le silence de ce minimalisme ascétique.



avide de nouvelles expériences... Oliver Gustav Studio

source : bobedre.no
foto : Heidi Lerkenfeldt

green mood.




othello black | polder


aesop shop | studioisle


Pierre Paulin, l'homme moderne
Pair of Pacha Chairs, 1975


sofa safari | some magazine



GREEN (our) colour of the year!!
feel the vibe.


stuck in (my) ceiling painting
I'll be back
xx

feeling good.


foto : jake curtis
placarder vos murs de contreplaqué, effet naturel garanti !


foto : Anna Williams
embouteiller vos fleurs préférées!


foto : kate wood
psssit... un herbier encadré. Quelle idée ! j'adore.



It's a new dawn 
It's a new day 
It's a new life
For me And I'm feeling good

spazio dep design.



Détrompez-vous, malgré les apparences d’un luxueux appartement scandinave, cet appartement décoré avec soin et raffinement est tout sauf cela. Mais bien un concept store situé dans la ville pittoresque de Côme au nord de l'Italie, Dep Design Store.

Cet espace cosmopolite où le design, l'art et l'amour des belles choses se côtoient à merveille, où vous vous y rendez pour dénicher le plus somptueux présent à votre douce moitié, choisir quelque chose pour vous hors de prix ou pour simplement sentir l’exquise finesse des lieux, car c'est ce que votre budget vous permet — a été conçue par la céramiste Doriana de Petris.



Trois détails ont retenu particulièrement mon attention : les moulures gris anthracite sur fond blanc,  les toiles de l'artiste Patrizia Cassina et l'incontournable mobilier vintage. Pour les moulures, à quelques différences près dans les teintes, j'ose enfin !






Une belle rencontre entre le design italien classique et le design scandinave actuel soi-disant "tendance". De grâce, pour vos accessoires, allez dans les brocantes, vous y trouverez des pièces uniques au charme irrésistible.

"I wanted to create a place that feels like my home when I spend several hours here than in my actual home on the top floor."
Doriana de Petris. 

foto : Mads Mogensen
find at BoBedre

details to steal.



Hier, j'ai repris quelques plis passés : j'ai osé regarder sur les sites d'agence immobilière suédoise. What's up ? Historika hem, je ne la connaissais pas. Pas grand-chose de très intéressant ne m’a donné l’envie d’y accourir, à l’exception de certains détails dans leur composition.

Ce dessin sur du papier kraft, on s'entend qu'il ne faut pas être un grand artiste pour produire une telle esquisse. Juste le courage d'apposer son crayon sur la feuille. On dessine, on roule le papier grossièrement de sorte que les lignes du pliage se définissent, on le froisse légèrement et nous obtenons ÇA.

COURAGE - CRAYON - FEUILLE



Pour le salon, plaisir personnel. Combien de fois vous ai-je parlé de ce foutu modèle de canapé ?



Ici, oui nous avons cette vieille table probablement trouvée dans une brocante.

J'ai remarqué à quelques reprises cette nouvelle technique pour accrocher vos cadres : les suspendre à l'aide d'un fil de coton. Bref, je faisais une chose similaire les années passées avec des livres, des cadres à suspendre, j'aime l'idée.



Pour une commode singulière. Classeur de métal sur lequel on appose une simple planche de bois.



Les images exhalent l'art, la création. POÉTIQUE. Encore faut-il être en mesure de connaître les artistes affichés sur nos murs ! Sans commentaire.

Psst. Lorsque vous constituez une murale de ce type, exposez-y les artistes que vous aimez et non ceux qui présagent des images tendance. Vous aurez l'air moins cruche, si un visiteur vous demande leur nom. Ou ne m'invitez pas chez vous ! (je déconne)



Simple, efficace. Vous ne cherchez plus vos accessoires favoris dans le fond d'un tiroir.

Bonne semaine ! ! !

(my) dirty yellow dinning room.



Par le passé, je vous montrais toujours le résultat final des changements que j'effectuais chez moi. J'ai pensé qu'il serait peut-être intéressant que vous voyiez la progression. Alors, voilà le fameux jaune qui hante mes pensées et bouleverse mon oeil chaque fois que je traverse ma salle à manger.

Petit détail. Les cadres. Ils sont croches. En dessous d'une cage d'escalier en bois, rien à faire. Vous aurez beau les replacer, dès que vous prenez les escaliers, ils reviennent à leur état naturel, croche.

Comme vous le constatez, rien n’est parfait ici. Aucun joint de finition, espace entre les marches, peinture incomplète, les moulures tiennent par la peur... Bref, une maison comme je l'aime. Imparfaite.



Photographie confirmant le travail en cours.

Constat : les moulures sont teintes d'un orange assez douteux.
La question que je me pose : je les reteins plus pâle ou je suis paresseuse et je les peins simplement ?

Car je m'offre la paresse de ne pas appliquer d'apprêt. Un cadeau, je dirais.

bon weekend!